Accueil

Ce colloque international dédié au traitement des archives des dictatures, s'inscrit dans une réflexion plus large engagée sous une perspective croisée associant historiens, archivistes, juristes, sur un matériau d'archives sensibles en ce qu'elles sont produites en période de trouble, par des régimes autoritaires, Etats policiers ou dictatures. Il sera suivi d'un colloque sur le thème des « archives atlantiques du mauvais gouvernement des hommes (du XVème à nos jours) » organisé à l'Institut des Amériques. Dans le colloque sur les archives de la dictature, il s'agira d'aborder le traitement juridique, politique et institutionnel des archives produites sous des régimes totalitaires déchus. La perspective juridique et l'interrogation sur la conciliation des différents intérêts en présence dominera : ceux des personnes (les victimes, les familles, les acteurs en général), ceux de la collectivité, l'Etat et les citoyens, ceux de l'histoire (les chercheurs). Comment aborder notamment les principales fonctions attachées à la conservation des archives : que conserver et comment ? Que détruire ? Quelles règles d'accessibilité de ces fonds ? Comment gérer la transition, quelles conciliations entre droit à l'oubli et droit de savoir ? Dans quels termes ordonner mémoire individuelle et mémoire collective ? Comment s'approprier et restituer cette mémoire ? Dans toutes ces questions, il faudra se demander si ces archives d'une nature particulière appellent un traitement spécifique du point de vue de leur encadrement juridique. Des lois particulières ont parfois été adoptées dans certains pays mais le ressort spécial n'est pas toujours privilégié et le droit commun des archives peut aussi avoir un effet levier dans la gestion de ces fonds. Ces questions plus centrées sur le juridique n'en seront pas moins évoquées sous une perspective pluridisciplinaire au travers des questionnements de la pratique des archivistes, des conservateurs, des responsables de ces fonds publics. Et le fait est que ces questions mettent parfois en forte tension les approches archivistiques, historiques et juridiques. Le second colloque est conçu sous une optique différente et complémentaire, privilégiant l'approche historienne et anthropologique.

Personnes connectées : 1